Tous les articles par Astrid

Comment améliorer la durabilité des supply chains ?

La supply chain, généralement traduite en français par « chaîne logistique », est, d’après Mentzer (1),

« un ensemble de trois entités ou plus (entreprises ou individus) traversées par des flux amont et aval de produits, de services, d’informations et de finance, depuis un fournisseur jusqu’à un client ».

Dans notre économie mondialisée, les différents maillons de la fabrication et de la distribution de produits sont dispersés dans le monde entier (2), ce qui engendre des flux physiques considérables, ayant des conséquences environnementales et sociales très importantes.

Dans cet article (validé lors d’un Mooc que j’ai suivi), j’évoque, de manière non exhaustive, les impacts de la supply chain des entreprises sur le développement durable, les risques engendrés pour les entreprises et quelques manières pour elles de diminuer les impacts socio-environnementaux négatifs.

L’impact environnemental de la supply chain

La fabrication de produits et leur livraison au client final engendrent un ballet incessant de véhicules pour déplacer les matières premières, les produits intermédiaires et les produits finaux vers les lieux de consommation — sans oublier les carburants, qui sont généralement acheminés à leur destination finale par camion-citerne. En 2015, 27 % de l’énergie mondiale était consommée par le transport de passagers et de marchandises, générant 20 % des émissions de CO2 (3). Parmi ces 27 % d’énergie dédiée au transport, le transport de marchandises en consomme environ 38 % (4), principalement sous forme de carburants pétroliers.

Le chauffage et la climatisation des entrepôts et le maintien de la chaîne du froid sont aussi sources d’émissions de gaz à effet de serre (GES), notamment à cause des gaz réfrigérants HFC, dont le pouvoir réchauffant est élevé.

La méthode de bilan de GES définie par le GHG Protocol comporte 3 périmètres (« scopes »). Le périmètre le plus large, dit « scope 3 », est le bilan des émissions de toute la chaîne logistique ; il représente environ 80 % des émissions engendrées par une entreprise (5), mais son évaluation n’est pas encore obligatoire. Des initiatives indépendantes, comme celle de l’organisation internationale CDP, permettent d’en rendre compte. En 2017, 99 entreprises répondant au CDP y ont fait participer 4800 de leurs fournisseurs ; 76 % de ces derniers ont identifié des risques liés au changement climatique, mais seulement 23 % ont commencé à travailler avec leurs propres fournisseurs pour réduire les émissions de GES.

L’aggravation du dérèglement climatique n’est pas la seule externalité environnementale négative de la supply chain ; on peut citer l’émissions de particules par la combustion du diesel, le bruit, l’emprise à long terme des infrastructures sur l’environnement, etc.

Les risques posés par des chaînes logistiques mal maîtrisées

Les entreprises sont confrontées à plusieurs risques concernant leurs chaînes logistiques :

  • Des risques d’approvisionnement : le changement climatique modifie ou fragilise la disponibilité de certaines matières premières (6) et les ressources minières diminuent. Les entreprises cherchent donc à rendre leur chaîne logistique plus résiliente, en diversifiant les sources, en cherchant des substituts ou en nouant des partenariats avec les fournisseurs.
  • Des risques d’image, les consommateurs étant de plus en plus demandeurs de transparence et de traçabilité des produits. On le constate régulièrement dans les scandales agro-alimentaires (7) ou dans ceux mettant en évidence les conditions de travail précaires des travailleurs en amont (8). Ces risques d’image touchent à la fois l’aspect environnemental et l’aspect social de la responsabilité des entreprises et peuvent avoir des conséquences stratégiques, lorsqu’un fournisseur clé est mis en cause et doit être remplacé.
  • Des risques réglementaires : les entreprises doivent se conformer à la réglementation. Ainsi, la loi relative au devoir de vigilance adoptée en 2017 demande aux grandes entreprises de publier un plan de vigilance permettant de prévenir les risques en matière d’environnement, de droits humains, de corruption, sur leurs activités et celles de leurs fournisseurs, en France ou à l’étranger (9). Concernant les émissions de GES, on peut s’attendre à ce qu’il soit bientôt exigé que le scope 3 soit évalué et publié.

La nécessaire collaboration avec les fournisseurs

Le premier levier, très puissant, d’amélioration de la durabilité de la supply chain est la relocalisation d’activités productives au plus près des consommateurs ; de plus en plus de personnes souhaitent d’ailleurs acheter « local ». Ce levier touche souvent des aspects politiques et n’est pas facile à actionner ; mais en tous les cas, l’atténuation des risques évoqués précédemment passe par une connaissance intime de sa chaîne logistique, ce qui est d’autant plus difficile qu’elle est complexe, et une collaboration avec ses fournisseurs et sous-traitants. Cela permettra en plus une adoption plus rapide de nouvelles pratiques : par exemple, les entreprises ayant commencé à réduire leurs émissions de GES en adoptant des carburants décarbonés (comme le bioGNV, méthane issu de déchets organiques), peuvent, par leur expérience, aider leurs fournisseurs à faire de même.

Les initiatives comme le CDP peuvent y aider. D’autres démarches, comme l’insetting, une compensation de l’empreinte carbone permettant de protéger et dynamiser la filière d’approvisionnement de l’entreprise (10), vont dans le même sens.

La fonction achats, chargée de la relation avec les fournisseurs, peut ici retrouver ses lettres de noblesse et continuer à sortir, avec l’appui des directions générales, d’une vision focalisée sur les coûts à court terme.

Notes :
(1) MENTZER J. T. et al., Defining Supply Chain Management, Journal of Business Logistics, Vol. 22, N°2, 2001.
(2) Des régions du monde sont même spécialisées dans la production de tel ou tel type de produits, le sud-est asiatique étant par exemple « l’atelier textile du monde ».
(3) Agence internationale de l’énergie (AIE), Energy Technology Perspectives 2015.
(4) U.S. Energy Information Administration, International Energy Outlook 2016.
(5) CDP, Supply Chain Report 2017 / 2018.
(6) Ainsi, les modifications climatiques affectent les productions agricoles, et donc la disponibilité de matières premières pour l’industrie agro-alimentaire ou pour l’industrie textile.
(7) Ex. : viande de cheval au lieu de bœuf, œufs au Fipronil…
(8) Ex. : effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2013.
(9) Source : Novethic.
(10) Source : Pur Projet.

Tout nouveau, tout beau, le vélo ! … électrique

VAE
Des vélos électriques à Montluçon (photo Sylvain Naudin)

Tout acheteur d’un vélo à assistance électrique (VAE) entre le 19 février 2017 et le 31 janvier 2018 se verra accorder une subvention de 200 € par l’État, à condition bien sûr de présenter sa facture (et l’aide ne sera octroyée qu’une seule fois par personne).
Il est vrai que le vélo électrique est séduisant, puisque parfois, la perspective d’arriver dégoulinant de transpiration à un rendez-vous après un parcours en vélo classique fait renoncer à utiliser ce moyen de transport. Avec l’assistance électrique, vos muscles seront moins sollicités, et vos glandes sudoripares aussi !

Cette mesure arrive cependant tardivement dans le quinquennat, qui aura été peu prolixe en mesures favorisant l’utilisation du vélo. Et surtout, on peut regretter qu’elle ne s’applique qu’aux VAE. Quid du bon vieux vélo ? Surtout qu’à part la fatigue et la transpiration (en partie résolues par le VAE), les freins à l’utilisation d’un vélo, électrique ou pas, demeurent la sécurité et la météo. À cette dernière, le gouvernement ne peut pas grand-chose, mais pour améliorer la sécurité de ce mode de transport, il pourrait insuffler des politiques urbaines développant les infrastructures cyclables ; c’est là que le bât blesse principalement. À Paris, par exemple, les pistes cyclables étant matérialisées dans la majorité des cas par de simples marquages au sol, on se sent assez peu en sécurité. Souvent, tourner à gauche est problématique et il vaut mieux se métamorphoser en piéton pour changer de côté (entraînant une perte de temps, que l’on souhaite éviter lorsque l’on décide de prendre un vélo) ; mais beaucoup de cyclistes adoptent dans ce type de situation des comportements dangereux (en l’occurrence, surtout pour eux-mêmes).

Davantage de sensibilisation est nécessaire également, car de nombreux piétons ne respectent pas les pistes cyclables, surtout lorsqu’elles ne sont séparées du chemin piétonnier que par un trait de peinture.

J’attends donc avec impatience une urbanisation réellement pensée pour les cyclistes, avant d’envisager de profiter de cette subvention.

Lien vers la photo originale utilisée sous licence CC-BY-SA.

Enregistrer

Technologies appropriées – mon expérience péruvienne (5/5)

Cela fait un moment que je n’ai pas publié sur ce blog. Nous sommes désormais en 2015 et j’en profite pour souhaiter une très heureuse, épanouissante, enrichissante année à tous !

Depuis que j’ai commencé à publier mes manuels en espagnol sur les technologies appropriées (voir ici le premier volet, sur la diffusion de systèmes de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables dans des zones isolées du Pérou, le deuxième volet concernant les projets microéoliens, sur cette page les systèmes photovoltaïques, et enfin sur celle-ci les microcentrales hydroélectriques), j’ai remarqué que ceux-ci avaient été téléchargés depuis plusieurs pays hispanophones, notamment sud-américains, ou lusophones, la langue étant proche. Je souhaiterais donc remercier chaleureusement ces personnes, car cela me donne l’impression que mon travail aura été quelque peu utile ; je l’espère en tout cas.
Aquí quiero agradecer a todas las personas que descargaron mis manuales; espero que estos les podrán servir en cualquier cosa, sea en el marco de una ONG o por necesidades particulares. Y les deseo un feliz y enriquecedor año 2015!

Manual de diseño y de difusión de biodigestores
familiares, con enfoque en biodigestores tubulares / Manuel de conception et de diffusion de biodigesteurs familiaux, en particulier les biodigesteurs tubulaires

Ainsi donc me voici parvenue au dernier volet de cette étude. Il ne s’agit pas ici d’une technologie d’électrification à proprement parler, mais de méthanisation de déchets organiques, à l’issue de laquelle on obtient un mélange de gaz appelé biogaz (composé pour environ moitié de méthane, très combustible), et un engrais liquide (appelé en espagnol le « biol », comme « bioabono líquido »). L’électrification est bien sûr possible à partir du méthane, mais ce n’est pas le principal usage qui a été observé, le biogaz et le biol étant déjà des produits extrêmement intéressants pour la famille moyenne de la paysannerie péruvienne.

Un cercle vertueux pour les paysans

Je parle ici de paysans, car les les excréments de bétail, en particulier de bovins, se prêtent particulièrement à la méthanisation, et l’engrais liquide obtenu en sortie est lui-même tout à fait utile aux cultivateurs. Le cadre idéal pour pouvoir mettre en place une petite unité de méthanisation est donc une famille paysanne ayant au moins 2 vaches (ou par exemple 4 moutons – équivalence à calculer selon le poids d’excréments produits par chaque type de bétail) et quelques arpents de cultures.

Expérience de méthanisation d'excréments de lama
Au deuxième plan à gauche, expérience de méthanisation d’excréments de lama
Au premier plan : un lama :-)

Je dois dire que cette technologie, permettant un tel cercle vertueux, m’a particulièrement passionnée.

Il existe plusieurs types de méthaniseurs (ou biodigesteurs), mais le manuel publié ici ne s’attache qu’à un type de méthaniseur, celui en forme de tube fait à partir de plastique. Les autres, comme le type chinois ou le type indien, sont cependant évoqués, mais pas de manière fouillée.
Le biodigesteur de plastique tubulaire se distingue par son coût très faible et sa facilité d’installation, facteurs qui permettent d’envisager une diffusion relativement large de ce type de méthaniseur au Pérou ou dans les pays voisins.
Je tiens encore une fois à remercier ici Jaime Martí Herrero, de la GIZ*, pour son travail constant de recherche pour améliorer ce système tant du point de vue économique que technique ou social, et pour son désir de transmettre.

Amorçage des biodigesteurs avec du fumier
Au laboratoire campagnard de biodigesteurs de la GIZ et d’une université de La Paz, nous commençons à remplir les méthaniseurs tubulaires de fumier de bovin

*deutsche Gesellschaft für internationale Zusammenarbeit : il s’agit de l’agence allemande de coopération pour le développement

Lien vers le cinquième et dernier volet de l’étude

Cet article est publié avec l’accord de la société Microsol.

Technologies appropriées – mon expérience péruvienne (4/5)

Manual para ayudar la comprensión del diseño de microcentrales hidroeléctricas aisladas / Manuel d’aide à la compréhension de la conception de microcentrales hydroélectriques isolées

Après le vent et le soleil, voici la troisième source permettant de produire directement de l’électricité que j’ai étudiée au Pérou : l’eau ! Dans les microcentrales hydroélectriques dont il s’agit, le principe est le même que pour une centrale de plus grande taille, c’est-à-dire que le courant de l’eau permet de faire tourner une turbine, qui produit de l’électricité – sauf que souvent, il n’y a pas de rétention d’eau (créée par barrage), ces centrales étant dites « au fil de l’eau ». Le lien vers le manuel complet est disponible ci-dessous.
Cette technologie produit assez d’électricité pour subvenir aux besoins d’un village ou d’une communauté. J’ai visité celle de Yanacancha au Pérou, près de Cajamarca. Je retiens en particulier deux choses de cette visite : la relative abondance d’électricité qui a permis la création de petits commerces dans le village, souvent mis en place par des femmes, et la réflexion sur le mode de gestion (cf. le premier article sur la diffusion des projets).

Electrification Yanacancha
L’infrastructure électrique à Yanacancha, Cajamarca, Pérou

La ressource hydrique est très importante au Pérou, qui produit d’ailleurs 75% de son électricité de réseau par des centrales hydroélectriques de grande dimension (autrement dit, l’eau est au Pérou ce que le nucléaire est à la France). Les systèmes isolés ont ainsi un potentiel de développement élevé, mais nécessitent un investissement plus élevé au départ que les microéoliennes et les panneaux solaires, à cause notamment des travaux de génie civil importants.

Canalisation en béton
Exemple d’ouvrage d’art permettant de canaliser le courant du torrent, évitant ainsi les turbulences

Lien vers l’étude sur les microcentrales hydroélectriques isolées

Cet article est publié avec l’accord de la société Microsol.

Apprendre à construire sa propre éolienne les 1er et 2 novembre !

Atelier blueEnergy de construction de microéolienne

L’ONG blueEnergy, très active au Nicaragua dans la région de Bluefields, où elle a construit plusieurs éoliennes de petite taille, propose en France un atelier d’apprentissage de la construction de ce type d’éoliennes. Le prochain aura lieu au Kremlin-Bicêtre les 1er et 2 novembre 2014.

L’éolienne qui sera construite lors de l’atelier est de type Hugh Piggott, du nom de leur concepteur. Lors de ma visite d’un projet de l’ONG Soluciones Prácticas près de Cajamarca, au Pérou, les éoliennes construites par l’ONG étaient également de ce type, avec quelques améliorations apportées par Soluciones Prácticas.

Microaerogenerador SP-500
Éolienne SP-500 de l’ONG Soluciones Prácticas à El Alumbre, Cajamarca, Pérou

Les bénéfices engendrés par l’atelier serviront à blueEnergy à financer l’électrification de villages isolés au Nicaragua. Toutes les informations pour l’inscription se trouvent ici. Apparemment, il reste encore des places !

Technologies appropriées – mon expérience péruvienne (3/5)

Manual de diseño de sistemas fotovoltaicos aislados / Manuel de conception de systèmes photovoltaïques isolés

Après le premier volet de mon étude, consacré à la diffusion de systèmes de production autonome d’électricité à partir d’énergies renouvelables au Pérou, et le manuel technique sur la conception de microéoliennes, voici une deuxième technologie appropriée sur laquelle j’ai travaillé, dont l’étude peut être téléchargée ci-dessous : les systèmes photovoltaïques isolés, ou autonomes. On appelle système photovoltaïque isolé un ou plusieurs panneaux solaires (« un » étant le cas de figure que j’ai le plus souvent rencontré au cours de mes visites au Pérou ou en Bolivie, les besoins en électricité des populations bénéficiaires étant pour l’instant très faibles), associé au moins à une ou plusieurs batterie(s) et à un régulateur de la charge de celles-ci. Un inverseur CC / AC peut également être installé, mais je n’ai que très rarement rencontré ce cas de figure dans les projets visités ; il répond à des besoins particuliers, plutôt dans le cadre de petits commerces que de logements.

Système photovoltaïque pour une maison isolée
Maison alimentée par un panneau solaire à Alto Perú, Cajamarca, Pérou

Cette technologie présente un potentiel important au Pérou, grâce à la situation géographique de ce pays, proche de l’équateur et recevant donc un rayonnement solaire important. Ce phénomène est accru dans les montagnes andines. Quelques projets existent déjà, montrant que dans certaines conditions de mise en place, la technologie est assez facile d’accès.

Cependant, il importe de mentionner quelques freins, principalement la complexité de la fabrication des panneaux solaires, qui utilise de plus des matériaux rares et spécifiques. Cela a plusieurs conséquences : inexistence ou faiblesse d’une filière de production au Pérou et dans les pays voisins (par conséquent, la plupart des panneaux solaires sont importés d’Asie, en particulier de Chine, ou d’Europe), faible recyclabilité due à la complexité d’assemblage des matériaux, inexistence d’une filière de recyclage locale…

Les systèmes picophotovoltaïques sont également évoqués dans l’étude ; il s’agit par exemple de lampes fonctionnant directement à l’énergie solaire, avec panneau solaire et batterie intégrés.

Lien vers l’étude sur les systèmes photovoltaïques autonomes

Cet article est publié avec l’accord de la société Microsol.

La photo en une présente une île de roseaux de Los Uros, sur le lac Titicaca côté péruvien. On y distingue des panneaux solaires montés sur des poteaux.

Technologies appropriées – mon expérience péruvienne (2/5)

Manual para ayudar la comprensión del diseño de microaerogeneradores / Manuel d’aide à la compréhension de la conception de microéoliennes

Après le premier volet de mon étude, consacré à la diffusion de systèmes de production autonome d’électricité à partir d’énergies renouvelables au Pérou, j’ai écrit différents manuels techniques sur des technologies appropriées, à visées de vulgarisation scientifique de la technologie et de diffusion des techniques d’installation, y compris des difficultés pouvant être rencontrées.

Microaerogenerador
Microéolienne de l’ONG Soluciones Prácticas à El Alumbre, Cajamarca, Pérou

Voici une première technologie : les microaérogénérateurs, ou plus simplement microéoliennes (étude téléchargeable ci-dessous). Malgré un potentiel important dans les Andes et sur la côte péruvienne, cette technologie est encore peu diffusée au Pérou et je n’ai donc visité qu’un seul projet, monté par l’ONG Soluciones Prácticas à El Alumbre, dans la région de Cajamarca. Pour des raisons de coûts, l’ONG n’a pas utilisé de microéolienne proposée sur le marché par une entreprise, mais a construit la sienne propre. L’étude mentionne bien entendu les problèmes rencontrés dans la mise en place et surtout la maintenabilité du projet. En effet, la construction et la maintenance d’une microéolienne requièrent certaines compétences techniques et certains matériaux dont ne disposent pas les populations paysannes bénéciaires de ce système autonome d’électrification ; en cas de panne, l’éolienne doit donc être rapatriée dans un atelier de maintenance, mais la logistique de l’éolienne en terrain accidenté non goudronné n’est pas simple !
Par ailleurs, la direction variable des vents en milieu montagneux constitue une contrainte supplémentaire sur la conception de l’éolienne.

Lien vers l’étude sur les microaérogénérateurs

Cet article est publié avec l’accord de la société Microsol.

Technologies appropriées – mon expérience péruvienne (1/5)

Difusión de sistemas de autogeneración de electricidad a partir de fuentes de energía renovables en el Perú / Diffusion de systèmes de production autonome d’électricité à partir d’énergies renouvelables au Pérou

Panneau solaire pour une maison isolée
Système photovoltaïque alimentant une maison isolée à Alto Perú, Cajamarca, Pérou

En 2010, j’ai eu envie de retrouver plus de sens dans mon travail quotidien et je suis donc partie en novembre au Pérou pour réaliser en bénévolat une étude pour l’entreprise sociale Microsol, basée à Lima, la capitale, et spécialisée en financement carbone de projets sociaux-environnementaux.

Cette étude concernait les technologies appropriées au Pérou, en particulier celles permettant la production autonome d’électricité, ce qui revêt une importance particulière dans un pays tel que le Pérou ; en effet, le réseau électrique national péruvien ne pourra desservir environ 20% de la population pendant encore plusieurs décennies, si ce n’est plus.

Je publie ici le premier volet de cette étude (téléchargeable ci-dessous), intitulé en espagnol « Difusión de sistemas de autogeneración de electricidad a partir de fuentes de energía renovables en el Perú » (en français : « Diffusion de systèmes de production autonome d’électricité à partir d’énergies renouvelables au Pérou) ; pour l’instant, l’étude est rédigée uniquement en espagnol, mais pourra peut-être être utile à des ONG présentes en pays hispanophones ou à d’autres types d’organismes.

Ce premier volet livre tout d’abord un panorama du développement et de l’utilisation de technologies appropriées telles que les petits systèmes photovoltaïques, les microaérogénérateurs (petites éoliennes) et les microcentrales hydroélectriques, dans le monde, en Amérique latine et au Pérou (en ce qui concerne le panorama mondial et latinoaméricain hors Pérou, cette synthèse est principalement issue de recherches documentaires, à la différence du panorama péruvien). Il s’attache ensuite à détailler les facteurs facilitant la diffusion de projets d’installation de systèmes générateurs d’électricité autonomes, tels qu’observés dans la littérature et sur le terrain, par des visites de projets ayant été lancés au Pérou ou par des entretiens avec des acteurs d’anciens projets.

Lien vers le premier volet de l’étude

Cet article est publié avec l’accord de la société Microsol.